ZOOM SUR UNE FONCTION VITALE : LA DIGESTION

Publié le par Lyne




APPAREIL DIGESTIF


La digestion n'a qu'un seul but : rendre assimilable les aliments. Elle les tranforme en nutriments, c'est-à-dire en minuscules petits morceaux capables de traverser la barrière intestinale pour rejoindre le sang, et, de là, toutes nos cellules.

Pour nous assurer une bonne digestion, tous les organes digestifs (photo) doivent être fonctionnels. Ils doivent réceptionner la nourriture, sécréter des enzymes et de l'acides dans le bon ordre, assimilation et progression de tout ce que l'on mange vers la sortie. Et ce 24/24, nos organes ne dorment pas et n'ont jamais de repos.

Il y a 7 étapes digestives (prenons par exemple un plat de coquillette au beurre)

1) Nos lèvres, nos dents et notre langue s'emparent des pâtes pour leur offrir un baiser plein de rondeur et de salive. La bouche mastique et commence le travail digestif.

2) Les coquillettes glissent dans l'oesophage et terminent dans un bain d'acide de l'estomac où elles sont malaxées et réduites en bouillie. Le jud corrosif, déversé en giclées, attaque la nourriture et réveille les enzyme chargées de découper protéines, graisses et sucres en petits morceaux.

3) Les pâtes sont devenues une sorte de purée informe, le "chyme" qui migre vers l'intestin. Le videur (pylore) ne laisse entrer que de minuscules quantités de chyme à la fois, qui vont ramper sur huit mètres de tuyaux au mileu de sécrétions nauséabondes et brutales. Un pataugeoire obscure et sinistre. (Les amoureux du corps humain vont peut être changer d'avis à la lecture de ces quelques phrases).

4) Pendant 6 heures, à raison de douzes contractions par minute, ce qui reste de vaguement compact de notre repas est taillé en pièces par de nouvelles enzymes, lequelles règlent le sort de toutes les graisses, des reliquats de protéines et de glucides qui avaient échappé au carnage gastrique. Quelques durs à cuire comme les fibres, parviennent à tout encaisser sans trop broncher. Mais leur avenir reste sombre et risque fort de se terminer dans le colon.

5) Dans l'intestion, la bile et le suc pancréatique s'en donnent à coeur joie. A la fin de ce tunnel de torture, les coquillettes sont devenues un tas de glucose (ex-sucres), d'acides aminés (ex-protéines), d'acides gras (ex-lipides), de vitamines et de minéraux qui, tous, traversent enfin la paroi intestinale pour aller jouer leur rôle. Cours passage par le foie pour le dispatching, tandis que ce qui n'as pas été "retenu" file dans le côlon.

6) Le côlon est l'antichambre de la "dernière chance" : les fibres et quelques fragments de protéines parvenus jusque-là se font littéralement dévorer par la flore intestinale, sommée de parfaire le travail des collègues déployés en amont.

7) Le rebut vraiment inutilisable rejoint les 150gr de matières fécales qui patientent tranquillement dans le rectum. Les matières rebelles, non digérées (fibres indigestes, protéines non découpées, ....), se m^lent aux bactéries, aux cellules mortes et à l'eau, qui lie le tout. Si tout s'est déroulé normalement entre l'entrée des pâtes et la sortie de leurs déchets, il s'est passé entre 12 et 24 heures.




Publié dans SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ezgi 15/11/2008 17:05

je voudrai ke vous m envoyer sela pas adresse email le voisi ezgistar@hotmail.com avant le ,19 novembre je vous remerci d avance