INVENTER LA TENDRESSE !

Publié le par Lyne




La tendresse ne se demande pas plus qu'elle ne s'impose
Elle se propose avec la plus belle des libertés : ma liberté d'être

La tendresse telle une plante vivace a des besoins modestes mais vitaux.
Besoin de temps pour se donner sans compter.
Besoin de liberté pour s'exprimer sans réticence.
Besoin de présence pour se dire en direct.
Besoin d'ouverture chez celui qui peut la recevoir.

La tendresse c'est une main ouverte qui ne cherche ni à prendre, ni à imposer.
C'est un câlin bleuté qui se donne gratuitement et s'offre entre l'orange du donner et le satiné du recevoir.

Il y a tellement de peurs autour de la tendresse.
Peur de l'érotisation dans un échange trop intime.
Peur de l'intrusion dans une trop grande proximité.
Peur de l'attachement si le besoin de l'autre est trop grand.
Peur de la solitude si je ne sais ni recevoir ni donner.
Peur de l'abandon si je ne sais pas nourrir la relation.

La tendresse c'est un passage fleuri entre la bienveillance sans réserve et la générosité sans limite.

La langage privilégié de la tendresse est le silence.
Un silence habité qui s'exprime avec des regards attentionnés, par des gestes infimes, des attentions subtiles, une présence légère.

Il n'y a rien de plus gratuit que la tendresse.
Elle se donne et s'offre dans l'abondance infinie de l'instant.

La tendresse ne se monnaye pas.
Elle n'est pas dans le "tu me dois ou tu dois" ni dans le "je me sens redevable".
Elle est dans la liberté de donner et recevoir sans contrepartie.

Si le rêve secret d'une goutte d'eau qui tombe dans un Désert est de se transformer en oasis,
Le rêve secret de la tendresse sera d'éradiquer la violence sous toutes ses formes sur la Terre.


Merci à Jacques Salomé pour sa description si poétique de la tendresse.

Publié dans MES MOTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article